carnet de voyage

Annabasse #2 correspondance poétique entre Annemasse et Annaba

Publié le 8 juin

Un an et demi après…
... nous voila enfin réunis pour ce deuxième week end d’écriture poétique avec Denis Péans, auteur et chanteur du groupe Lo’jo. Nous sommes toujours invité par la ville d’Annemasse en Haute-Savoie, avec le soutien de Château-Rouge.

Nous sommes toujours merveilleusement accueillis au local de l’association AncrageS. Muriel est avec nous cette fois.
Nous retrouvons une bonne partie du groupe , ils sont toujours là, Nyna nous a rejoint.

Pour démarrer nous accueillons Betrand Furic, ancien directeur de l’Institut Français à Annaba, il nous a ramené quelques objets et vient nous parler un peu de là-bas et de cette expérience si forte qu’il y a vécu, souvenirs, analyses. Les projets qui lui ont tenu a coeur, la rencotre avec Hamdi Benani, star du maalouf algérien, qui nous a quitté en laissant un dernier enregistrement, un album avec speed Caravan. Cette rencontre musicale hors-norme de vient le dernier album posthume du grand chanteur et violoniste, « l’ange blanc » que nous avions rencontré nous aussi en 2019 et qui continue de casser les codes.

Nous recevons le beau cadeau, ci dessous, de cette réponse d’un groupe d’Annaba à notre invitation de 2020, une capsule sonore de 30 minutes que Bertrand nous a envoyé. Sons et voix, textes et chants, tout le monde est très touché de ce témoignage.

Annabasse #2

00:00 / 26:43

correspondance d’Annaba reçu en novembre 2020

Nous sommes en plein coeur du quartier du Perrier à Annemasse, en plein coeur c’est là que se vit ce week end. Le concert de Denis, devient l’occasion d’un moment partagé avec les habitants du quartier, les enfants, quelques mamans de l’association « mamans de coeur »,
Cette fin d’après midi qui s’étire, tout comme ce week end s’écrit avec l’inattendu comme invité, l’écoute et l’ouverture comme état d’être…

Audrey Fitra

Il y a eu du partage, de la bienveillance, de l’émotion, beaucoup de joies et de larmes, des chansons, des mots, des langues différentes, des élans, de succulentes et magnifique préparations culinaires, des enfants curieux, une petite chienne espiègle, des rencontres, de la poésie et beaucoup d’humanité.

Dimanche quand nous finissons d’enregistrer textes et chants pour nos amis d’Annaba, Saanda et Jean, rencontrés la veille, ont joins leurs voix aux nôtres.
Un nouveau souffle sur cette correspondance, sur cet échange et dans nos vies.

Annabasse #3

00:00 / 33:16

correspondance d’Annemasse envoyé en juin 2021

Si l’on continue comme ça , les rives du Léman et les plages d’Annaba vont finir par se rejoindre.